English | Français
HISTORY

20 Years Down the Line


Bernar can sometimes tell himself that this place was waiting for him. He was looking for a “hangar.” Here he would find his “real home,” a cut above Paris or New York, a space that would one day house his foundation.
When the artist decided to buy the property at Les Serres in 1989, it had already lived many lives. It had been organized around a “weir,” then a mill, which was built by a certain Panescorce in 1737 on the left bank of the Nartuby river, less than 2 kilometers north of the village of Le Muy, in the Var countryside. The local lord gave Panescorce the privilege of using “as many saws as he pleased.” Louis XV was just starting his reign; the sawmill stayed in operation until the eve of World War I.

[…] Les Serres forms a hamlet which still looks like something straight out of a different century. An elegant Provençal house, barns, and “the flour mill”—a building with strange pointed-arch windows—were built around Panescorce’s original mill, no doubt in the late 19th century.
The hamlet is reached via a small hump bridge, which despite its local epithet is not the least bit Roman. It was built in 1829 after terrible floods that hit the region in 1803 carried off a bridge further upstream.
Les Serres is a haven of tranquility undisturbed by noise from the outside world, or even the expressway, which is actually very nearby. Only the river can be heard, now rippling, now roaring, and the shrill cry of the black swans that Bernar and Diane keep in a pond.

The mill fell silent long ago. For two centuries, up until the eve of the Great War, the hamlet resounded with the screech of metal saws, the clunk of wood planks, the rumble of flourmill wheels cutting through the water like ships. Whether it existed prior to Panescorce’s day or was created and developed by him and his ancestors, a milling activity has at least been recorded at Les Serres since the mid-nineteenth century.

The record can be found in a document headed “Louis-Philippe, King of the French” and dated November 14, 1844, a whole century after Panescorce was granted the right to set up his sawmill. A “Mister Bouis” is presented as being the owner of “the factories...on a diversion of the Nartuby...comprising wood sawmills and a flourmill.”

[…] The hamlet of Les Serres had been divided up. The “Château” changed hands again in 1952, passing to the Curtillets, a family of doctors from Lyon, one of whom had been the first Dean of the Algiers medical faculty from 1910 to 1922. The family still lives there today. The mill was bought by a non-trading real estate company that funded its restoration through “compensation for war damages” and sold it on January 3, 1957 to “Mister Marcel Luc Amédée Paulvé, company director,” the man who, a few years later, would transform life in the hamlet of Les Serres.

In 1957, Marcel Paulvé was fifty years old. Eleven years earlier he had set up the Société d’Exploitation des Procédés Paulvé (SEPP), a company that made railway switching control systems, in Champagne-sur-Oise, near Paris.

[…] Paulvé had developed a device that would make his fortune: the “Paulvé switching regulator,” which is still in use on the railways. The factory at Les Serres immediately started manufacturing them, to the tune of over a thousand per month. With its simple design and delicate implementation, the “regulator” system ensured the rail would switch perfectly into the right place and transmit this information to the signal box via an electromechanical circuit.
To meet the demands of the French and foreign railroad networks, Paulvé revived the industrial tradition of Les Serres. The SEPP was soon pushed for space in the lower rooms of the mill, where manufacturing was already underway. New spacious bright premises had to be built: a long, 1,800-square-meter building that would house the business for the next twenty years.

Paulvé was a multi-talented man, an inventor as well as a manufacturer. Since the end of the war he had filed countless patents in fields as varied as railroads—his “Electromechanical detector of railroad circulation” was fitted on thousands of grade crossings in France and abroad—firearms, machines to cut brushwood, and even holy medal embossing. […] His real passion, however, the one that led him to leave Champagne-sur-Oise for the Var countryside in the first place, was what was known in the early 1960s as “nature protection.” The mill and factory at Les Serres would be the showcase for his commitment, the demonstration that industrial activity and respect for the environment could go hand in hand. When Paulvé had to dig up a field of vines to build the factory, Var-Matin reported that he replanted “blackberry bushes and a harmonious forest of cypress, olive, birch, and willow trees.” At the mill, which he “restored to its full primitive charm,” and the industrial premises he had built, he “fitted bacterial trays for wastewater to ensure that all water discharged into the river is perfectly filtered.” Throughout the twenty years he spent in the Var region, Paulvé always had friends in the local and national press to support and defend him if need be.

In September 1962, a year after moving south, Paulvé launched the procedure that would lead to Les Serres being registered as a local heritage site. He wrote to the mayor of Le Muy to ask him for a “favorable opinion” and to transmit his request to the departmental sites commission:

“We have striven to bring the mill at Les Serres back to life and to preserve the splendor of the site, enhance its beauty through new plantations, and by pruning the old trees, so that visitors can stand on the old bridge crafted by our elders and admire the wonderful setting in the background, the white spume of the two magnificent waterfalls, which next year will be visible at nighttime thanks to two newly installed projectors.
We would be most pained to think that this little corner of Provence might one day disappear.”


It took just over three years for the application to be considered; on April 15, 1966, a decree by the French Ministry of State for Cultural Affairs registered Les Serres “among the picturesque sites” in the department. A week later, a rave article in the daily newspaper Nice-Matin hailed “the man who bought a pile of overgrown ruins a few years ago and managed to revive the splendor of old...utilizing all the sophistication of science for the cause of art and truth.” From then on, Les Serres became part of an “educational tour” for associations, clubs and high school classes. “Mr. Paulvé most kindly showed us round his estate. Man and nature have joined forces here to make a kind of masterpiece, where beauty and utility live together in harmony,” wrote the Bulletin de la Société des Sciences Naturelles et d’Archéologie de Toulon et du Var in its July-August 1966 issue. “Factories are not incompatible with the protection of nature, pupils from Lorgues high school witnessed a fine example at Mr. Paulvé’s factory in Le Muy,” said the headline in Le Provençal on March 26, 1971.

[…] By then, Paulvé had been in Les Serres for ten years. The SEPP employed forty people.

[…] Yet Paulvé had detractors in Les Serres as well. Paulvé and his factory would move, but not until 1982 and not very far from Les Serres either, to a 13-hectare plot purchased in 1974 in the neighboring village of La Motte that now houses his two companies, since taken over by an international group.

[…] Silence returned to the hamlet. The workshops were closed down, some of the machinery was moved out. Marcel Paulvé went to live in Cannes and the mill, the empty factory shell and the grounds were put up for sale. Just two of his former employees, Laszlo and Marika Szalaï, stayed behind, to take care of welcoming potential buyers.

[…] Silence returned to the hamlet. The workshops were closed down, some of the machinery was moved out. Marcel Paulvé went to live in Cannes and the mill, the empty factory shell and the grounds were put up for sale. Just two of his former employees, Laszlo and Marika Szalaï, stayed behind, to take care of welcoming potential buyers.

One day in the fall of 1988, a man named Francis Venet arrived at Les Serres. He had just retired and his “little brother” Bernar had given him a mission: to find a property where he could spend the summer and permanently store part of his contemporary art collection and his works.
Francis Venet visited over twenty properties between the Côte d’Azur and the foothills of the Alps. Ten or so struck him as being interesting enough to house Bernar’s project. On visiting them, Bernar gave each a mark “out of ten,” like a schoolmaster. He instantly awarded Les Serres a “nine,” because it was “a little pricey” and because there’s no such thing as perfection.

Five years of dereliction had left their mark. The mill, which had been restored in “rustic-Renaissance” style (in 1959, Jean Marais shot a scene of the film The Hunchback of Paris here), was barely inhabitable and the factory was still cluttered with spare parts, cables, and pipes. While the “dark, old-fashioned” building had only moderate appeal for Bernar, discovering the factory was a “shock”: this huge space, with its exceptionally high ceiling, vast windows streaming with daylight, and reinforced floor designed to carry the heaviest machines, was exactly what the artist was looking for. At the time it merely had “potential” that could be fulfilled with “time and work.”
The bill of sale was signed on June 20, 1989 and major conversion work started almost immediately. The mill and the factory were entirely painted white and Bernar created a special set of steel furniture that contrasts spectacularly with the dark wood in the mill. Diane did a lot to moderate her husband’s overtly “minimalist” demands: the soul of Les Serres owes a good deal to her indubitable taste.
Over four hundred trees were planted to preen and screen the site... later a building designed to be a gallery was built by two young architects, Charles Berthier and David Llamata, and a 22-meter-long “bridge”—a Cor-ten steel structure dotted with “random holes”—was laid across the Nartuby.

1989–2009: the “potential” has been fulfilled, despite the artist objecting to the “stable state” that he links to death, though the story here is only just beginning. The mill, the factory and the river—which once again powers the turbine of the electric generator—have gone back to being working tools. Les Serres said it loud and clear to the artist twenty years ago, when Laszlo and Marika first opened the door to the factory: this place is not a vacation.
“I like to use the term ‘factory,’” says Bernar. It is a word he has always heard: his parents, brothers, childhood friends and neighbors in Saint-Auban-sur-Durance always worked at “the factory.” The “factory” is where the scrawny child who marveled at Rembrandt, Cézanne, and Paul Klee was destined to end up.
The factory at Le Muy is not the one in Saint-Auban. But it is not an entirely foreign territory either. On the banks of the Nartuby, like the banks of the Durance, men have thrown all their weight and creative energy into wielding willpower over matter. What appeals to Bernar here is the patient, stubborn labor of men—artists and workers alike. The factory at Le Muy is not the one in Saint-Auban. But it is not an entirely foreign territory either. On the banks of the Nartuby, like the banks of the Durance, men have thrown all their weight and creative energy into wielding willpower over matter. What appeals to Bernar here is the patient, stubborn labor of men—artists and workers alike.

Robert Arnoux

Translated from French to English by John O’Toole

Excerpt from « Vingt ans après », by Robert Arnoux, published in Robert Arnoux,
Bernar Venet: L’expérience du Muy, Somogy, Paris, France, 2009, pp. 14-29.
HISTOIRE

Vingt Ans Après


Bernar peut se dire, parfois, que ces lieux l’attendaient. Il cherchait « un hangar ». Il allait trouver ici, mieux qu’à Paris ou à New York, « [sa] vraie maison » – l’espace qui, le jour venu, accueillerait sa fondation.
La propriété des Serres, quand l’artiste décide de l’acquérir, en 1989, a déjà eu plusieurs vies. Elle s’est organisée autour d’un « barrage », puis d’un moulin, qu’un certain Panescorce a construit en 1737 sur la rive gauche de la Nartuby, à moins de deux kilomètres au nord du village du Muy dans l’arrière-pays varois. Du seigneur local, Panescorce a obtenu le privilège d’exploiter « le nombre de scies qu’il lui plairait ». Nous sommes au début du règne de Louis XV, et la scierie va fonctionner jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale.

[…] Les Serres forment un hameau qui, aujourd’hui encore, semble ne pas appartenir à son siècle. Au moulin de Panescorce, se sont adjoints, sans doute dans le derniers tiers du XIXe siècle, une élégante bastide, des granges, un bâtiment aux curieuses fenêtres en ogive, « la minoterie ».
On accède au hameau par un petit pont en dos d’âne qui, en dépit du nom qu’on lui donne, n’a rien de « romain ». Il a été bâti en 1829 après que les terribles crues de 1803 avaient emporté un ouvrage situé en amont.
La quiétude des Serres est absolue. Ni la voie rapide, proche pourtant ; ni la rumeur du monde ne la troublent. On n’y entend que la rivière, qui tantôt murmure et tantôt gronde et l’appel strident des cygnes noirs que Bernar et Diane ont installés dans un bassin.

Le moulin est depuis longtemps silencieux. Deux siècles durant, jusqu’à la veille de la Grande Guerre, le hameau avait résonné du sifflement métallique des scies, du choc sec des planches qu’on débite et de ces « bruits de navire » que font entendre les roues des moulins à farine. Qu’elle existât dès avant Panescorce, qu’elle fût créée ou développée par lui ou ses successeurs, une activité de meunerie est attestée aux Serres au moins depuis le milieu du XIXe siècle.

On en trouve la trace dans un document à l’en-tête de « Louis Philippe, roi des Français », daté du 14 novembre 1844, un siècle tout juste après que Panescorce a obtenu le droit d’installer sa scierie. Un « sieur Bouis », y est présenté comme propriétaire « des usines […] sur une dérivation de la Nartuby […] lesquelles se composent de scieries à bois et d’un moulin à blé ».

[…] Le Moulin, la scierie, sont à l’abandon depuis près de deux décennies. Les cartes postales des années 1910-1920 montrent des bâtiments à demi ruinés, des toitures défoncées, les berges de la rivière étouffées par les broussailles. Seule, une haute cheminée de brique, qui sera démolie au début des années soixante, témoigne du passé industriel du hameau.

[…] Les Serres sont désormais démembrés. Le château changera à nouveau de propriétaire en 1952, passant à une famille de médecins d’origine lyonnaise, les Curtillet, qui l’occupent toujours et dont l’un des membres fut le premier doyen, de 1910 à 1922, de la faculté de médecine d’Alger. Quant au Moulin, une Société civile immobilière l’a acquis, en a financé la restauration grâce aux « réparations des dommages de guerre » et va le revendre, le 3 janvier 1957, à « Monsieur Marcel Luc Amédée Paulvé, directeur de société » – l’homme qui, dans quelques années, va bouleverser la vie du hameau des Serres.

En 1957, Marcel Paulvé a cinquante ans. Onze ans plus tôt, à Champagne-sur-Oise, en région parisienne, il a créé la S.E.P.P., Société d’Exploitation des Procédés Paulvé (SEPP), qui fabrique des systèmes de contrôle d’aiguillage destinés aux Chemins de fer.
[…] L’industriel avait mis au point le dispositif qui allait assurer sa fortune : le « Contrôleur d’aiguille Paulvé », toujours en usage sur le réseau ferré, et dont l’usine des Serres, dès son démarrage, produira plus de 1 000 exemplaires par mois. Simple dans sa conception, délicat dans sa mise en œuvre, le « contrôleur » est un dispositif qui, sur un aiguillage, permet de s’assurer du bon placement de la lame contre le rail, et transmet cette information vers le poste d’aiguillage par le biais d’un circuit électromécanique.
Pour le fabriquer au rythme auquel la SNCF, mais également les chemins de fer étrangers, le lui commandent, Paulvé va renouer avec la tradition industrielle des Serres. Dans les pièces basses du Moulin où la fabrication avait commencé, la S.E.P.P. se trouve vite à l’étroit. Il faut construire des locaux adaptés, vastes, lumineux, accessibles aux engins de manutention : ce sera « l’usine », édifiées sur un champ de vignes mitoyen, un long bâtiment de 1 800 mètres carrés qui abritera pendant vingt ans l’activité de la société.

Paulvé est un homme aux multiples talents, un industriel autant qu’un « inventeur ». Depuis la fin de la guerre, il n’a cessé de déposer des brevets dans des domaines aussi divers que les chemins de fer – son « détecteur électromécanique de circulation ferroviaire » équipera des milliers de passages à niveau en France et à l’étranger –, les armes à feu, les broyeurs de broussaille, voire l’embossage de médailles pieuses.
[…] Mais sa vraie passion, qui l’a conduit à quitter Champagne-sur-Oise pour l’arrière-pays varois, c’est ce qu’on appelle encore, au tournant des années soixante, la « protection de la nature ».
Le moulin des Serres et son usine, seront la vitrine de cet engagement, la démonstration que l’activité industrielle et le respect de l’environnement peuvent aller de pair. Si l’industriel a dû raser un champ de vigne pour édifier « l’usine », il l’a aussitôt, écrivent les journaux, replanté « d’une forêt de cyprès, d’oliviers, de mûriers, de bouleaux, de saules harmonieusement disposés. » Au Moulin, qu’il a « restauré dans son cachet primitif », comme dans les locaux industriels qu’il a construits, il a « aménagé des plateaux bactériens pour le traitement des eaux usées, afin de ne rejeter à la rivière qu’une eau parfaitement filtrée » – Paulvé aura toujours de nombreux amis dans la presse locale et nationale, qui l’accompagneront, et le défendront au besoin, tout au long des vingt années que durera son aventure varoise.

Au mois de septembre 1962, un an après son installation, l’industriel a entamé les démarches qui conduiront au classement du site des Serres. Il a écrit au maire du Muy, sollicitant son « avis favorable » et le priant de transmettre son courrier à la Commission des sites du département :

« Nous nous sommes efforcés de redonner vie à ce moulin des Serres, et conserver à ce site toute sa splendeur, l’enjoliver au possible par de nouvelles plantations, élaguer les vieux arbres, afin que du vieux pont, œuvre d’art de nos anciens, les visiteurs puissent admirer comme toile de fond de ce décor merveilleux, l’écume blanche de deux magnifiques cascades qui, l’an prochain, seront visibles de nuit par l’installation de projecteurs. Il nous serait pénible de penser qu’un jour, ce coin de Provence puisse disparaître

L’instruction du dossier prendra un peu plus de trois ans et le 15 avril 1966, un arrêté du ministre d’État chargé des Affaires Culturelles classera les Serres « parmi les sites pittoresques » du département. Une semaine plus tard, dans un article dithyrambique, le quotidien Nice-Matin saluera « l’homme qui, se rendant acquéreur il y a quelques années de ruines mangées par les ronces, sut faire ressurgir les fastes d’antan […] utilisant à fond les raffinements de la science asservis à la cause de l’art et de la vérité. »
Les Serres, dès lors, vont s’inscrire dans un « circuit pédagogique » que fréquenteront les associations, les clubs, les classes des lycées et collèges. « M. Paulvé, avec beaucoup d’amabilité, nous a fait les honneurs de son domaine, rapporte le bulletin de la Société des Sciences Naturelles et d’Archéologie de Toulon et du Var dans son numéro de juillet-août 1966. Ici, l’homme et la nature ont conjugué leurs efforts pour réaliser une manière de chef d’œuvre où l’utile et le beau coexistent harmonieusement. » « Usine et protection de la nature ne sont pas incompatibles, titre Le Provençal le 26 mars 1971, les élèves du lycée de Lorgues en ont eu l’exemple chez M. Paulvé, au Muy. »

[…] Paulvé est alors installé depuis plus de dix ans aux Serres. La S.E.P.P. compte plus de 40 employés.
Aux Serres cependant, Paulvé ne s’est pas fait que des amis. L’industriel et son usine partiront, mais pas avant 1982. Et pas très loin des Serres. Un terrain de 13 hectares, acquis dès 1974 dans le village voisin de La Motte, accueillera ses deux sociétés, passées entre temps sous le contrôle d’un groupe international.

[…] Sur le hameau, le silence est retombé. On a fermé les ateliers, déménagé une partie des machines. Marcel Paulvé est parti s’installer à Cannes et le moulin, la coque vide de l’usine, le parc, sont mis en vente. Seuls, deux de ses anciens employés, Laszlo et Marika Szalaï, demeurent sur place, chargés d’accueillir les acheteurs potentiels.

Celui qui se présente à la porte des Serres, un jour de l’automne 1988, s’appelle Francis Venet. Il vient de prendre sa retraite et son « petit frère » Bernar l’a chargé d’une mission : trouver une propriété où il pourrait séjourner l’été, et entreposer de manière permanente ses œuvres ainsi qu’une partie de sa collection d’art contemporain.
Entre la Côte d’Azur et les contreforts des Alpes, Francis Venet visitera plus de vingt propriétés. Une dizaine lui paraîtront suffisamment intéressantes pour accueillir le projet de Bernar, qui, les visitant à son tour, les notera soigneusement « sur dix », comme un maître d’école. Aux Serres, sans hésitation, il accorde un « 9 », parce que « c’était un peu cher » et parce que la perfection n’existe pas.

Cinq années d’abandon ont laissé des traces. Le moulin, restauré en style « rustico-Renaissance » – en 1959, Jean Marais est venu y tourner une scène du film « Le Bossu » – est à peine habitable, l’usine est encore encombrée de pièces détachées, de câbles et de tuyauteries. Si Bernar n’est que modérément séduit par la bâtisse « sombre et vieillotte », la découverte de l’usine va lui causer un « choc » : cet espace immense, ce plafond exceptionnellement haut, ces verrières qui laissent entrer la lumière du jour, ce sol renforcé conçu pour supporter les machines les plus lourdes, c’est exactement ce que cherche l’artiste. Pour l’heure certes, il ne s’agit que d’un « potentiel », d’une promesse que « le temps et le travail » permettront de réaliser.
L’acte de vente sera signé le 20 juin 1989, et, presque aussitôt, d’importants travaux d’aménagement seront entrepris. Du blanc d’abord, partout, au Moulin comme à l’usine ; un mobilier d’acier découpé au chalumeau que Bernar crée tout spécialement et qui contraste de manière spectaculaire avec les boiseries sombres du Moulin. Diane, de son côté, tempère les exigences par trop « minimalistes » de son époux – l’âme des Serres devra beaucoup à la sûreté de son goût. On plante des arbres, plus de 400, pour faire écrin, et écran… plus tard, on édifiera un bâtiment à vocation de galerie, dessiné par deux jeunes architectes, Charles Berthier et David Llamata, et l’on jettera entre les deux rives de la Nartuby un « pont » de 22 mètres de long, structure d’acier Corten percé de « trous aléatoires ».

1989-2009 – le « potentiel » s’est réalisé, même si l’artiste récuse « l’état stable », qu’il apparente à la mort ; même si l’histoire, ici, ne fait que commencer.
Le Moulin, l’usine, la rivière elle-même, qui alimente à nouveau la turbine du générateur électrique, sont redevenus des outils de travail. Les Serres l’ont dit à l’artiste quand, il y a vingt ans, Laszlo et Marika lui ont ouvert pour la première fois la porte de l’usine : Ces lieux ne sont pas une villégiature.
« J’aime bien utiliser ce terme : ‘l’usine’ », dit Bernar. « Usine » est un mot qu’il a toujours entendu – c’est « à l’usine » qu’ont toujours travaillé ses parents, ses frères, ses amis d’enfance, ses voisins de Saint-Auban-sur-Durance. C’est « à l’usine » que le garçonnet chétif, émerveillé par Rembrandt, Cézanne, Paul Klee, était destiné.
Celle du Muy n’est pas celle de Saint-Auban. Mais elle ne lui est pas totalement étrangère. Sur les rives de la Nartuby, comme sur celles de la Durance, des hommes ont pesé de leur force, de leur énergie créatrice, pour imposer leur volonté à la matière. Ce qui a parlé à Bernar, ici, c’est le labeur patient et obstiné des hommes – qu’ils soient artistes ou qu’ils soient ouvriers.

Robert Arnoux

Extrait de « Vingt ans après », de Robert Arnoux, publié dans Robert Arnoux,
Bernar Venet: L’expérience du Muy, Somogy, Paris, France, 2009, pp. 14-29.